Sélection de mes meilleurs travaux en astrophotographie

Retour à la rubrique Astronomie



Bienvenue pour un petit tour dans l'univers, présenté au travers des meilleures photos que j'ai réalisées depuis une dizaine d'années (bien qu'elles soient majoritairement plus récentes).

I) Le Soleil

C'est le centre du système solaire, à environ 150 millions de km de la Terre. Deux planètes, Mercure et Vénus, sont donc plus proches du Soleil que nous. En de très rares occasions, elles passent devant lui, vu depuis la Terre bien sûr. Au moment où Mercure passait devant le Soleil en 2003, j'étais précisément en train de passer l'épreuve de maths du concours de professeur des écoles, et je n'ai donc pas pu assister à ce tour de chauffe avant le passage de Vénus en 2004.

Transit de Vénus 2004

C'est du parking de l'IUFM de Chaumont, sous un Soleil de plomb, que j'ai pris cette photo du transit de Vénus devant le Soleil, le 8 juin 2004. Je n'étais ni rodé ni équipé pour faire une telle photo à l'époque. J'ai pris cette photo, qui tient un peu du miracle, avec mon appareil numérique tenu en main (le Nikon Coolpix 4300) devant un oculaire à grosse pupille (le Vixen LVW 8mm) sur mon télescope de l'époque, le 200/800 Vixen GP.
L'événement s'est reproduit en 2012, mais il était difficilement visible en Europe de l'ouest (de plus la météo n'a pas été favorable). Il n'aura plus lieu avant 2117.

Débutants : N'observez jamais le Soleil, avec ou sans instrument, sans être encadrés par des professionnels ou des amateurs expérimentés. Vous risqueriez des dommages irréversibles pour votre vue.

II) La Lune

Environ 400 fois plus près de nous que le Soleil, et environ 400 fois plus petite aussi, la Lune nous apparaît dans le ciel à peu près de la même taille que le soleil (un demi degré d'angle). Parce qu'elle empêche l'observation du ciel profond, la Lune et ses phases rythment l'activité des astronomes amateurs et professionnels. Mais elle permet aussi aux débutants de faire leurs premiers pas en astronomie.

Vous pouvez cliquer sur ces photos pour les voir en pleine résolution.

Lune



Lune

J'ai pris ces photos à Royan, le 20 août 2011 entre 5h15 et 5h30 du matin, dans un square public. C'est la seule fois où j'ai réussi à faire de très bonnes photos avec le Orion Starshoot Solar System Color Imager III, et je me demande encore comment j'ai fait, tant cette caméra est immonde. Je serais donc totalement incapable de le refaire ! Je n'ai quasiment plus photographié la Lune depuis.

Débutants : La Lune est la cible la plus facile à observer quand on débute avec un petit instrument. Toutefois l'achat d'un instrument reste une question complexe, et il est plus que recommandé de prendre conseil auprès d'un club avant d'investir. Les jouets en plastique vendus en supermarché ne sont d'aucun intérêt. L'observation visuelle de la Lune donne des résultats proches de ce qu'on peut voir sur ces photos (c'est pratiquement le seul objet pour lequel ça sera le cas).

III) Les planètes

Mars, Jupiter, Saturne... sont les destinations suivantes, par ordre de distance.

Planètes Mars Jupiter Saturne Olivier Batteux C8 EdgeHD

Mars est notre proche voisine, et pourtant on ne s'en rapproche que rarement. Sa petite taille, seulement 6792 km de diamètre, ne lui a pas permis de maintenir les conditions propices à la vie qui existaient sur Mars pendant sa jeunesse. Au moment où j'ai pris cette photo, Mars se trouvait à 92.710.000 km de la Terre, d'où un diamètre apparent de 15,1 secondes d'angle. Une si petite taille apparente rend son observation difficile pour les amateurs. Il faut un certain niveau de matériel et de pratique pour voir ou photographier des détails de la surface de Mars.
Jupiter est la plus grosse planète du système solaire, probablement aussi la plus changeante, ce qui en fait une cible de choix pour les astronomes amateurs. Son diamètre est de 142.984 km, soit 11 fois celui de la Terre. Quand j'ai pris ces photos, Jupiter était à 597.000.000 km (pour celle d'Hossegor) et 652.840.000 km (pour celle de Reims) de la Terre.
Saturne est, à environ 1,4 milliard de km du Soleil, la plus lointaine des planètes intéressantes à observer. Cela implique quand même qu'un mètre carré sur Saturne reçoit en moyenne 90 fois moins de lumière du Soleil qu'un mètre carré équivalent (à même latitude) sur la Terre. Saturne a donc une surface moins lumineuse que Mars ou Jupiter, ce qui en complique la photographie. Saturne était à 1.319.000.000 km de la Terre quand j'ai pris cette photo. A Reims, elle était surtout à moins de 29° au-dessus de l'horizon sud, il a donc fallu une turbulence exceptionnellement faible pour obtenir ce résultat.

Débutants : L'observation des planètes est accessible à tous les instruments, mais pour des résultats très variables. Pour percevoir des détails à la surface des planètes, il faut un instrument qui supporte les forts grossissements, donc un instrument de bonne qualité optique, et qui doit surtout être parfaitement réglé. Il faut aussi un certain entrainement à l'observation, car la turbulence atmosphérique perturbe l'observation, et l'image n'est nette que sporadiquement, pendant une fraction de seconde. Seul un cerveau exercé peut mettre à profit ces temps très courts qui surviennent de façon imprévisible pour construire progressivement une représentation fidèle de l'image observée. Il faut toutefois reconnaître que les petits instruments s'en sortent honorablement par rapport à leur prix. De manière générale, l'image à l'oculaire semble beaucoup plus petite et beaucoup plus brillante qu'en photographie.

IV) Les restes de la vie d'une étoile

Les étoiles ont aussi une mort, dont la forme exacte dépend de leur masse. Les étoiles de type solaire éjectent leur gaz progressivement (nébuleuse planétaire), alors que les plus massives le font en explosant (supernova). Dans les deux cas, cette matière finira par être recyclée pour la fabrication d'une étoile ou de ses planètes, et, enrichie en éléments lourds par la génération précédente, favorisera peut-être l'apparition d'une forme de vie, dans quelques milliards d'années...
On change ici d'échelle de distance : 1h13 à la vitesse de la lumière pour la Saturne juste au-dessus, contre plusieurs centaines (ou milliers) d'années lumière ici.

Nébuleuses C8 M57 Olivier Batteux C8 EdgeHD

M57, ou anneau de la Lyre, est une des deux principales nébuleuses planétaires, également observable en été. Elle est située à environ 2000 années lumière du Soleil.
NGC6826, située à 5200 années lumière du Soleil, s'avère bien compliquée pour les amateurs, en visuel comme en photographie.
La nébuleuse de Saturne NGC7009 est située à 4320 années lumière du Soleil. Elle offre quelques détails intéressants sur une photographie bien retraitée, mais les petites oreilles qui lui ont donné son nom ne sont pas accessibles en visuel.
La nébuleuse de la boule de neige bleue NGC7662 est située à 5600 années lumière du Soleil. Sa bonne luminosité permet d'en percevoir la couleur en observation visuelle.
La nébuleuse oeil de chat NGC6543 est située à 3600 années lumière du Soleil. En observation visuelle, elle fait penser à un oeil de chat dans la nuit, alors que des photographies à un niveau assez poussé révèlent une structure plus complexe. Nous voyons cette nébuleuse comme elle était à l'âge de 1000 ans environ, mais compte tenu de la distance, elle a 3600 ans de plus aujourd'hui.

M1 Olivier Batteux C8 EdgeHD

M1, ou nébuleuse du Crabe, est faite des restes d'une supernova observée à partir de juillet 1054 (pendant 2 ans) par les Chinois. On en trouve également mention de façon concordante dans les écrits des Arabes. Curieusement, on n'en trouve pas trace de façon certaine dans les archives occidentales, sans qu'on sache pourquoi un tel événement - qui ne s'est produit qu'une dizaine de fois depuis J.C. - n'y occupe pas la place qu'il mérite. La nébuleuse du Crabe se trouve à environ 6200 années lumière du Soleil. Elle s'étend donc depuis environ 7160 ans, mais nous la voyons comme elle était il y a 6200 ans, quand elle n'était âgée que de 960 ans. Le télescope mérite donc bien sa réputation de machine à remonter le temps.

Débutants : L'observation visuelle du ciel profond est très difficile, mais les nébuleuses planétaires M27 et M57 échappent largement à cette règle. Vous pourrez les admirer sans expérience particulière au télescope si vous vous rendez sur un des sites de La Nuit des Etoiles, organisée chaque année au mois d'août, même sur un site est un peu pollué par la lumière des villes.

V) Les galaxies

On change ici une nouvelle fois d'échelle de distance, pour passer aux dizaines de millions d'années lumière.

Galaxies M74 M63 Olivier Batteux C8 EdgeHD

M74 n'est pas un objet facile à photographier, comme la plupart des galaxies vues de face, d'autant que sa masse est assez faible par rapport à sa taille. Elle se situe à 29.400.000 années lumière. Photo faite à Hauviné en 2h20 de poses dans la nuit du 2 au 3 septembre 2013.
NGC6946, ou galaxie du feu d'artifice, fait partie des galaxies les plus connues en dehors du catalogue Messier. Elle se situe à environ 22 millions d'années lumière. Photo faite en 1h20 de poses le 4 août 2013 près de Saint-Etienne-à-Arnes.
M63, ou galaxie Tournesol, est une galaxie spirale située à 26.100.000 années lumière. Photo faite en 1h37 de pose le 28 mars 2014 à Hauviné.
NGC7479 est une galaxie spirale barrée située à 105.000.000 années lumière. Nous la voyons donc comme elle était à une époque où la Terre était peuplée par les dinosaures. Photo faite en 1h42 dans la nuit du 2 au 3 septembre 2013 à Hauviné.

Débutants : Ces photos sont le résultat de très longues poses. Il n'est pas possible de voir des galaxies sous cette forme à l'oculaire d'un télescope, visuellement.

VI) Mon record de distance en photographie

Quasar C8

C'est en arrière plan de la galaxie NGC 2903 qu'on trouve l'objet le plus lointain de toutes mes photos. Le quasar QSO B0929+218 est situé à 10,7 milliards d'années lumière, une distance à comparer avec la limite de l'Univers observable, à 13,77 milliards d'années lumière.

Olivier Batteux